CKOY-AM

CKOY-AM, Sherbrooke

Cogeco Inc.

StationAnnéeFréq.PuissanceProp./Info
CKOY-FM
2011
104.5
1,300
Cogeco Inc.
CHLT-FM
2010
107.7
24,000
Cogeco Inc.
CHLT-FM
2008
107.7
24,000
Cogeco Inc.
CHLT-FM
2007
102.1
58,000
Corus Entertainment Inc.
CHLT-AM
2005
630
10,000/5,000
Corus Entertainment Inc.
CHLT-AM
2002
630
10,000/5,000
Astral Media Inc.
CHLT-AM
1970
630
10,000/5,000
Telemedia Communications Inc.
CHLT-AM
1959
630
5,000
La Tribune Ltee.
CHLT-AM
1941
1240
250
Senator Jacob Nicol
CHLT-AM
1937
1210
100
Senator Jacob Nicol
1937

Le sénateur Jacob Nicol, propriétaire du quotidien La Tribune, fondait la station de radio CHLT. La station fut officiellement inaugurée à 16h00 le 27 juin. À cette occasion, des allocutions furent prononcées par des chefs spirituels et municipaux, dont le maire Émile Rioux.
CHLT diffusait à la fréquence 1210 kHz avec une puissance de 100 watts. Elle fut la première station de radio de Sherbrooke. CHLT diffusait tous les jours de la semaine entre 09h00 et 23h00.

1938

CHLT recevait l’autorisation d’augmenter la puissance de 100 à 250 watts, toujours à la fréquence 1210 kHz.

1939

Fin janvier, l’Association des stations indépendantes de la province de Québec voyait le jour : l’Association comptait comme membres CKAC, CHLP et CFCF Montréal ; CCDP et CKCV Québec ; CKCH Hull ; CJBR Rimouski ; CHNC New Carlisle ; CHLT Sherbrooke ; CHLN Trois-Rivières ; et CKRN Rouyn. Phil Lalonde (CKAC) fut élu président, et Narcisse Thivierge (CHRC) vice-président, tandis que Alex Dupont (CKCH) et Marcel Lefebvre (CHLP) furent élus administrateurs.

1941

Le 29 mars, en vertu du traité de La Havane, CHLT se déplaçait du 1210 au 1240 kHz (classe IV), avec une puissance de 100 watts.
Plus tard dans l’année, la puissance de la station fut augmentée de 100 à 250 watts.
Afin de répondre à la demande croissante de temps de réseau en soirée, en grande partie en raison de la guerre, la CBC mettait en ondes un deuxième réseau pouvant diffuser de la publicité commerciale. Le premier commanditaire du réseau (sur une base expérimentale) était la Gillette Safety Razor Co. Le Mutual Broadcasting System, grand réseau commercial américain, transmettait des événements de boxe pour rediffusion à 26 stations canadiennes par le biais de la CBC, ainsi qu’à une station canadienne affiliée au réseau MBS - CKLW Windsor. Le deuxième réseau comprenait 23 stations canadiennes ainsi que des stations alternatives à Montréal en vue de répondre aux conditions locales. Le nouveau réseau ne diffuserait qu’après 18h00 de l’Est. Au cours de l’année précédente, les stations canadiennes privées cherchaient à retirer le contrôle de ce réseau de CBC. Toutefois, en vertu de la Loi canadienne sur la radiodiffusion, Radio-Canada avait le plein contrôle de tous les réseaux de radio au Canada. À l’époque, on estimait qu’un deuxième réseau complet, diffusant 24 heures par jour, ne serait pas viable sur le plan économique. Les stations appartenant à CBC et affiliées au réseau : CBK Watrous, CBA Sackville et CBY Toronto. Les stations privées affiliées au nouveau réseau : CJOR Vancouver, CHWK Chilliwack, CFCN Calgary, CFRN Edmonton, CJRM Regina, CJGX Yorkton, CJRC Winnipeg, CKCA Kenora, CJIC Sault-Sainte-Marie, CKOC Hamilton, CKTB Saint Catharines, CFPL London, CFCO Chatham, CKLW Windsor, CKCR Kitchener, CKCO Ottawa, CFCF ou CHLP Montréal, CHLT Sherbrooke, CKNB Campbellton, et CJLS Yarmouth.

1944

Alphée Gauthier agissait comme directeur de CHLT.
CHLT annonçait qu’elle prévoyait augmenter sa puissance de 250 à 1000 watts, en espérant que cette augmentation ait lieu au début de 1945.

1945

 La puissance fut augmentée à 1000 watts.
Les stations de base du réseau « CBC Dominion » étaient : CJFX, CHNS, CFCY, CKCW, CKNB, CJLS, CKCO, CHOV, CFBR, CJBC, CHEX, CFPL, CFCO, CFPA, CHLT, CFCF, CKRC, CJGX, CKX, CKRM, CHAB, CFQC, CKBI, CFCN, CFRN, CJRL, CHWK, CJOR, CJVI.
Après avoir travaillé pendant trois ans à titre de directeur de CKVD Val-d’Or, Lucien Godin fut nommé au poste de directeur commercial à CHLT.  

1946

CHLT se déplaçait à la fréquence 900 kHz, alors que la puissance demeurait inchangée à 1000 watts. La titulaire était La Tribune Ltée. Les studios se trouvaient au 3, rue Marquette, et l’émetteur sur la rue King Est.
CKTS entrait en ondes. Cette nouvelle station utilisait l’ancienne fréquence 1240 kHz qu’avait utilisée CHLT. CKTS était une station de langue anglaise. Certains de ses actionnaires détenaient des actions dans CHLT également. CHLT partageait son studio et des installations de transmission avec CKTS.

1947

Alphée Gauthier agissait comme directeur de CHLT et CKTS. 

1949

Slogan publicitaire de CHLT / CKTS : « La voix des Cantons-de-l’Est ». (CHLT diffusant en français au 900 kHz avec une puissance de 1000 watts et CKTS diffusant en anglais au 1240 kHz avec 250 watts). 

1950

Le Conseil des gouverneurs de Radio-Canada approuvait le transfert de quatre actions dans La Tribune Ltée.
Le Conseil des gouverneurs de Radio-Canada approuvait la création d’un deuxième réseau de radio de langue française : les Associés de la radio française Ltée. À la fin de 1950, les six stations du réseau étaient CKVL Verdun, CKCV Québec, CHLT Sherbrooke, CHEF Granby, CJSO Sorel et CHLN Trois-Rivières et elles diffusaient des publicités d’une douzaine de commanditaires nationaux. Le réseau disposait de deux stations additionnelles : CHRL Roberval et CHGB La Pocatière. En octobre 1948, le réseau concluait sa première entente commerciale. En 1949, le réseau diffusait 44 heures de programmation commerciale et 132 1/2 heures d’autres émissions.

1956

CHLT-TV entrait en ondes. Elle partageait le même édifice que CHLT-AM et le quotidien La Tribune.

1957

CHLT 900 diffusait avec une puissance de 1000 watts (directionnelle la nuit) et était  affiliée au réseau de langue française de Radio-Canada. Détenue par La Tribune Ltée, sont actionnariat comprenait L’hon. Jacob Nicol à hauteur de 0,10%, le sénateur Charles B. Howard à 0,10%, F. Edmund Barnard à 0,10%, Mme Céline Desruisseaux à 0,10%, Jean-Louis Gauthier à 0,10%, Desruisseaux inc. à 49,75 et Trans-Océan Presse Ltée. 49,75%. Desruisseaux inc. était à son tour détenue par Paul Desruisseaux à hauteur de 93,2%, Mme Céline Desruisseaux à 6,5%, C. Fortin à 0,1%, à R. Cousineau 0,1%, et G.G. Desruisseaux à 0,1%. Trans-Océan Presse Ltée. était détenue par Alphée Gauthier à hauteur de 99,4%, Mlle Claire Bédard à 0,3%, et Mlle Marie-Ange Drouin à 0,3%.
Paul Desruisseaux agissait comme président de l’entreprise et Alphée Gauthier comme directeur de CHLT.

1958

Slogan publicitaire: « Bientôt avec une puissance de 5000 watts – CHLT à la fréquence 630 kc ».
Selon Elliott-Haynes, CHLT atteignait 58 231 auditeurs adultes chaque jour.

1959

CHLT se déplaçait à la fréquence 630 kHz tout en augmentant la puissance à 5000 watts.

1960

La puissance diurne fut augmentée à 10 000 watts et la puissance nocturne à 5000 watts.
CHLT-FM entrait en ondes.

1965

Paul Desruisseaux agissait comme président de La Tribune inc., Jean-Louis Gauthier était vice-président et Marcel Girard était directeur de CHLT.

1967

La titulaire changeait de raison sociale, devenant Radio-Télévision Sherbrooke (1967) inc.

Le 23 octobre, La Tribune inaugurait le Centre de diffusion RTS, un édifice situé sur le boulevard Bourque à Sherbrooke abritant de nouveaux studios et bureaux pour CHLT-AM-FM-TV et CKTS. Après avoir détenu des installations de radio et de télévision dans des endroits exigus au centre-ville, La Tribune réunissait ainsi ses quatre stations de radio et télé sous un même toit. Bob Butler était directeur de la promotion. Le Centre comportait trois studios de télévision (80x50 pieds, 50x50 pieds et 42x21 pieds). La cérémonie d’ouverture aurait lieu à une date ultérieure. 

1968

Philippe de Gaspé Beaubien, qui avait été l’organisateur-clé de l’Exposition universelle de 1967, tenue à Montréal sous le thème la Terre des Hommes, fut nommé président de Québec Télémédia inc., succédant à Claude Frenette, conseiller général chez Power Corpation du Canada. À l’époque, Power était le plus important actionnaire de Télémédia Québec inc., qui administrait CHLT-AM-FM-TV et CKTS-AM. Les stations de langue française étaient exploitées sous le nom de Radio-Télévision Sherbrooke (1967) inc., Jean-Louis Gauthier agissant comme président. De son côté, CKTS-AM, station de langue anglaise, était exploitée par une filiale de Télémédia Québec, Telegram Printing & Publishing Ltd., le lieutenant-colonel John J. Dunn agissant comme président

1969

Le 1er novembre, le Service des Nouvelles sonores de Télémédia (SNS) commençait à fournir un service vocal de langue française à CKAC, CKCV, CKCH, CHLN et CHLT. Les stations furent reliées à travers une liaison à large bande CN-CP.

1970

Power Corporation du Canada vendait une participation majoritaire dans CHLT-AM-TV ainsi qu’un certain nombre d’autres stations à Télémédia (Québec) Ltée (détenue par Télémédia Communications Ltée, à son tour détenue par Beaudem Ltée), contrôlée par Philippe de Gaspé Beaubien. Power conserverait sous forme de débentures un important intérêt financier dans la nouvelle société pendant un certain temps. Philippe de Gaspé Beaubien contrôlerait plus de 80% des droits de vote de la société.
Le 8 juin, Marcel Provost décédait à l’âge de 62 ans. En 1937, L’hon. Jacob Nichol avait demandé à Provost d’établir CHLN Trois-Rivières et CHLT. Par la suite, il avait aidé Jack Tietolman à établir CKVL.

1973

Cette année marquait l’inauguration du Réseau Télémédia, dont CKAC était la station phare. Le réseau comprenait les autres détenues par Télémédia, dont CHLN Trois-Rivières, CHLT Sherbrooke et CKCH Hull, et permettrait aux petites stations d’améliorer leurs services de nouvelles nationales et internationales.

1978

Le 16 mai, Telmed Ltée, CKCV (Québec) Ltée, CKAC Ltée, CHLT Radio Sherbrooke Ltée, Métro-Média Communications (1977) Ltée et Télémédia Communications Ltée recevaient l’autorisation de fusionner sous le nom de Télémédia Communications Ltée, filiale en propriété exclusive de Beaudem Ltée. Télémédia deviendrait alors la titulaire de licence directe des six stations AM et trois stations FM qu’elle contrôlait déjà au Québec.

1979

Le 31 août, CHLT fut autorisée à se désaffilier du réseau de Radio-Canada, une fois que la SRC inaugurerait sa propre station à Sherbrooke. 

1987

CHLT recevait l’autorisation d’augmenter la puissance nocturne à 10 000 watts.

1988

Le 8 janvier, le CRTC approuvait l’affiliation de CHLT au réseau AM de langue française « le Réseau des Nordiques » devant être exploité par Les Entreprises de Radiodiffusion de la Capitale inc. dans le but de diffuser les matchs de hockey des Nordiques de Québec.

1994

Télémédia et Radiomutuel fermaient un certain nombre de stations à travers la province, incluant CJRS Sherbrooke. Radiomédia SENC avait été constituée en société en nom collectif détenue à parts égales par Télémédia et Radiomutuel afin d’exploiter les stations AM toujours opérationnelles détenues par ces deux entreprises.

1999

Télémédia Communications inc. changeait de dénomination sociale, devenant Télémédia Radio inc. 

2001

Télémédia Radio inc. changeait de dénomination sociale, devenant Télémédia Radio (Québec) inc.

2002

Astral Media inc. faisait l’acquisition des stations de Télémédia se trouvant au Québec et dans les provinces maritimes. 

2005

Le 21 janvier, le CRTC approuvait un échange d’actifs entre Corus Entertainment Inc. et Astral Media Radio inc. Corus acquérait d’Astral: CKAC Montréal, CHRC Québec, CJRC Gatineau, CKRS Saguenay, CHLN Trois-Rivières, CHLT et CKTS Sherbrooke, et CFOM-FM Lévis. Astral acquérait de Corus : CFVM-FM Amqui, CJDM-FM Drummondville, CJOI-FM et CIKI-FM Rimouski et CFZZ-FM Saint-Jean-Iberville.
(NB : CHLT-FM deviendrait éventuellement CITE-FM, semi-satellite de la station CITE-FM de Montréal. CHLT Télévision serait vendue à d’autres investisseurs.)

2006

Le 24 novembre, CHLT fut autorisée à migrer vers la bande FM. La nouvelle station offrirait une formule spécialisée à prépondérance verbale, à la fréquence 102,1 MHz avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 5800 watts.

2007

Le 20 août à 07h00, CHLT migrait vers la bande FM. Elle offrait toujours la formule nouvelles / à prépondérance verbale. 

2008

Le 30 juillet, CHLT-FM recevait l’autorisation de changer de fréquence, du 102,1 MHz au 107,7 MHz, de modifier le périmètre autorisé en augmentant la puissance apparente rayonnée moyenne de 5800 watts à 24 000 watts, d’augmenter la hauteur de l’antenne et de déplacer l’émetteur. Ces changements visaient à améliorer le signal de la station, qu’elle disait inadéquat, et d’améliorer sa couverture dans le marché de Sherbrooke et des environs. Un certain nombre d’interventions furent reçues, dont plusieurs s’inquiétant du fait qu’advenant l’approbation de la demande, il deviendrait virtuellement impossible de syntoniser sans brouillage la station du réseau américain Vermont Public Radio (VPR), exploitée à la fréquence 107,9 MHz. Dans son commentaire, Astral Media Radio inc. soulignait que si la demande était approuvée, la nouvelle fréquence de la station CHLT-FM Sherbrooke (107,7 MHz) occuperait la quatrième fréquence adjacente de CIMO-FM-1 Sherbrooke (106,9 MHz) et une zone d’interférence serait alors créée à proximité du nouveau site de l’émetteur (Mont-Bellevue), ce qui compromettrait la réception du signal de CIMO-FM Magog dans Sherbrooke même. Dans sa réplique, la requérante indiquait que ses nouveaux paramètres techniques seraient en conformité avec toutes les exigences domestiques et internationales afin de protéger la qualité du signal de la station américaine de VPR. De plus, la requérante soulignait qu’elle serait prête à collaborer avec Astral pour le partage du site du Mont-Bellevue afin d’éviter toute forme de brouillage entre leurs stations respectives. Le Conseil rappelait que la station de VPR était une station américaine et que, de ce fait, il n’en tenait pas compte dans son évaluation de la présente demande. Le Conseil disait par ailleurs être convaincu que la modification des paramètres techniques telle que proposée par la requérante permettrait d’offrir à la population de Sherbrooke un signal de meilleure qualité. 

2009

Le 28 mars, CHLT délaissait l’ancienne formule à prépondérance verbale pour adopter la formule des grands succès classiques. À des fins de stratégie de marque, la station fut rebaptisée « Souvenirs garantis ».
Le 1er mai, l’ancienne station CHLT-AM 630 quittait définitivement les ondes.
Le 27 août, le CRTC renouvelait la licence de CHLT-FM jusqu’au 31 août 2013. Corus admettait que la titulaire avait enfreint les articles 2.2(5) et 2.2(10) du Règlement, mais seulement par inadvertance, en consacrant aux pièces musicales vocales de catégorie 2 moins de 65 % au cours de la semaine de radiodiffusion et moins de 55 % entre 6 heures et 18 heures du lundi au vendredi à des pièces musicales de langue française diffusées intégralement. Toutefois, Corus indiquait que la titulaire avait élaboré et immédiatement mis en place une nouvelle politique interne relative à la diffusion de pièces musicales par les stations à prédominance verbale. Le Conseil fut satisfait des mesures prises par la titulaire concernant le respect en tout temps des obligations réglementaires en question de CHLT-FM. Corus prétendait que les non-conformités mentionnées ci-dessus ne justifiaient pas un renouvellement à court terme, mais selon le Conseil aucune exception à sa politique ne fut justifiée. La station serait exploitée selon la formule spécialisée, telle que définie dans Examen de certaines questions concernant la radio, avis public CRTC 1995-60, 21 avril 1995, et dans Catégories et sous-catégories de teneur révisées pour la radio, avis public CRTC 2000-14, 28 janvier 2000, compte tenu des modifications successives. La titulaire devrait consacrer plus de 50 % des émissions diffusées au cours de la semaine de radiodiffusion à des émissions appartenant à la catégorie 1 (Créations orales). La titulaire devrait diffuser, au cours de chaque semaine de radiodiffusion, au moins 21 heures d’émissions de créations orales qui intéresseraient directement la collectivité qu’elle desservait. Ces émissions comprendraient des nouvelles locales, des bulletins météorologiques, des sports locaux, de même que la promotion d’activités et d’événements locaux. De plus, la titulaire s’engageait à diffuser 6 heures et 1 minute par semaine de nouvelles locales

2010

Le 30 avril, Corus Entertainment Inc. annonçait avoir conclu une entente avec Cogeco inc. visant à vendre à Cogeco les stations de radio de Corus Québec : CKOI-FM, CKAC-AM, CHMP-FM et CFQR-FM Montréal, CFOM-FM 102. 9 et CFEL-FM Québec, CJRC-FM Gatineau, CIME-FM Saint-Jérôme, CHLT-FM et CKOY-FM Sherbrooke et CHLN-FM Trois-Rivières. Cette entente serait soumise pour approbation au CRTC.
Le 17 décembre, le CRTC approuvait le transfert de diverses entreprises de programmation de radio commerciale de Corus Entertainment Inc. à Cogeco inc. La demande fut présentée par Corus Entertainment Inc. (Corus), au nom de ses filiales à part entière 591991 B.C. Ltd. et Diffusion Métromédia CMR inc., en vue d’effectuer ledit transfert de propriété de Corus à Cogeco inc. (Cogeco) ou à une des filiales détenues en propriété exclusive par cette dernière. 591991 B.C. était la titulaire des entreprises de programmation de radio commerciale de langue française CFOM-FM Lévis, CFEL-FM Lévis / Québec, CHLT-FM et CKOY-FM Sherbrooke, CKAC Montréal, CJRC-FM Gatineau et CHLN-FM Trois-Rivières. Métromédia était la titulaire des entreprises de programmation de radio commerciale de langue française CKOI-FM Montréal, CHMP-FM Longueuil, CIME-FM Saint-Jérôme et ses émetteurs CIME-FM-1 Val-Morin et CIME-FM-2 Mont-Tremblant, et CFQR-FM Montréal, une entreprise de programmation de radio commerciale de langue anglaise. Suite à la transaction proposée, le contrôle effectif de 591991 BC et Métromédia serait exercé par Cogeco, une société contrôlée par Gestion Audem inc. En ce qui concernait les stations régionales CHLN-FM Trois-Rivières, CHLT-FM Sherbrooke et CJRC-FM Gatineau, le Conseil estimait que les conditions de licence bonifiées que Cogeco proposait à l’égard des heures de programmation locale, de créations orales et de diffusion de nouvelles locales étaient non seulement acceptables, mais qu’elles feraient également en sorte que l’offre radiophonique dans ces villes se distingue pleinement de l’offre de sa tête de réseau montréalaise. Cogeco exploitait déjà CFGE-FM à Sherbrooke.
À compter du mois de février, Paul Arcand, qui avait animé l’émission matinale pendant plusieurs années à CHMP-FM 98,5 Montréal (nouvelles, émissions à prépondérance verbale) était désormais diffusé en simultané par quatre autres stations détenues par Corus Québec : CJRC 104,7 FM Outaouais, CHLT 107, 7 FM Estrie, CHLN 106,9 FM Mauricie et CKRS 98,3 FM Saguenay. Trois employés furent affectés par ce changement.

2011

CKOY-FM se déplaçait du 104,5 au 107,7 MHz, tout en changeant d’indicatif d’appel, devenant CJTS. Cogeco se trouvait toujours dans l’obligation de vendre l’installation du 104,5, mais il ne s’agissait plus de CKOY-FM, mais plutôt de CJTS-FM, station offrant la formule « Souvenirs garantis » précédemment offerte sur les ondes de CHLT à la fréquence 107,7. Cette dernière fréquence – 107,7 – continuerait à être exploitée par CKOY-FM, détenue par Cogeco, qui servirait de relais de CKOI-FM.
Le 17 juin, le CRTC approuvait les demandes présentées par 591991 B.C. Ltd. en vue de modifier les licences de radiodiffusion des entreprises de programmation de radio commerciale de langue française CHLT-FM Sherbrooke, CJRC-FM Gatineau et CHLN-FM Trois-Rivières (Québec), en modifiant ou en ajoutant certaines conditions de licences relatives à la diffusion de programmation locale, de créations orales et de nouvelles. Conséquemment, de façon à refléter les engagements du titulaire, ces conditions de licence, devant s’appliquer aux trois stations, se liraient dorénavant comme suit : la titulaire devrait diffuser au moins 50 heures de programmation locale au cours de la semaine de radiodiffusion ; la titulaire devrait diffuser au moins 24 heures 46 minutes de créations orales au cours de la semaine de radiodiffusion ; la titulaire devrait diffuser au moins 4 heures 20 minutes de nouvelles au cours de la semaine de radiodiffusion.

2012

CKOY-FM annonçait son intention de changer de formule à partir du 20 août, délaissant la formule « adulte contemporain hot » afin d’utiliser la formule à prépondérance verbale, à la fréquence 107,7 FM.
En novembre, Henri Audet, fondateur de Cogeco Câble décédait à l’âge de 94 ans. Formé comme ingénieur, Audet avait quitté son emploi à Radio-Canada afin de lancer une station de télévision à Trois-Rivières. Il avait vendu sa maison tout en cherchant un capital d’amorçage de 100 000 $ auprès d’amis et d’autres investisseurs. À partir de cette station de télévision unique, Cogeco avait grandi au point de devenir la quatrième plus grande entreprise canadienne de câblodistribution et l’une des plus grandes entreprises médiatiques du Québec. De 1961 à 1964, Audet avait servi comme président de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. Il avait été nommé membre de l’Ordre du Canada en 1984. Le contrôle de Cogeco inc. et de ses filiales directes et indirectes était détenu par Gestion Audem inc., une société de portefeuille dont les actions étaient intégralement détenues par les membres de la famille de Henri Audet.

2013

Le 18 décembre, le CRTC renouvelait les licences de CKOY et de CKOB jusqu’au 31 août 2018. Ces renouvellements à court terme permettraient au CRTC de réexaminer plus tôt la conformité de la titulaire à ses exigences réglementaires. La titulaire était apparemment en situation de non-conformité à l’égard des contributions au développement des talents canadiens et à la production de rapports annuels incomplets pour 2009-2010 et 2010-2011.

Le 19 décembre, le CRTC approuvait une demande présentée par Cogeco Diffusion inc. en vue d’acquérir de Cogeco Diffusion Acquisitions inc., dans le cadre d’une réorganisation corporative, les actifs des stations CFOM-FM Lévis, CKOY-FM Sherbrooke, CKOB-FM Trois-Rivières, CKOF-FM Gatineau, et CIME-FM Saint-Jérôme. Cogeco Diffusion inc. appartenait en propriété exclusive à Cogeco Diffusion Acquisitions inc., qui à son tour appartenait en propriété exclusive à Cogeco inc.

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires