CITE-FM-1

CITE-FM-1, Sherbrooke

StationAnnéeFréq.PuissanceProp./Info
CITE-FM
2013
102.7
100,000
Bell Media
CITE-FM
2002
102.7
100,000
Astral Media Inc.
CITE-FM
1963
102.7
100,000
Télémédia Inc.
CITE-FM
1960
102.7
62,000
Senator Jacob Nicol
1960

CITE-FM a commencé à diffuser en 1960 à la fréquence 102,7 MHz comme la station soeur de CHLT-AM.  CHLT-FM transmettait à partir d'une tour située sur le mont Orford.1965

 

 

 

 

 

 



  

1965

.À cette époque, CHLT-FM exploitait la fréquence 102,7 MHz en stéréo, avec une puissance apparente rayonnée de 62 000 watts. Entre 18h00 et 23h00, cette station FM offrait des émissions indépendamment de sa station soeur CHLT-AM. CHLT-FM appartenait à La Tribune inc.


  

1967

Le 23 octobre, La Tribune inaugurait le Centre de diffusion RTS, un édifice situé sur le boulevard Bourque à Sherbrooke abritant de nouveaux studios et bureaux pour CHLT-AM-FM-TV et CKTS. Après avoir détenu des installations de radio et de télévision dans des endroits exigus au centre-ville, La Tribune réunissait ainsi ses quatre stations de radio et télé sous un même toit. Bob Butler était directeur de la promotion. Le Centre comportait trois studios de télévision (80x50 pieds, 50x50 pieds et 42x21 pieds). La cérémonie d'ouverture aurait lieu à une date ultérieure. 
  

1968

Philippe de Gaspé Beaubien, qui fut maire de l'Exposition universelle de 1967, tenue à Montréal sous le thème la Terre des Hommes, était nommé président de Québec Télémédia inc., succédant à Claude Frenette, conseiller général chez Power Corpation du Canada. À l'époque, Power était le plus important actionnaire de Québéc Télémédia inc, qui administrait CHLT-AM-FM-TV et CKTS-AM. Les stations de langue française étaient exploitées sous le nom de Radio-Télévision Sherbrooke (1967) inc., Jean-Louis Gauthier agissant comme président. De son côté, CKTS-AM, station de langue anglaise, était exploitée par une filiale de Québec Télémédia, Telegram Printing & Publishing Ltd., le lieutenant-colonel John J. Dunn agissant comme président.

1969

Jean-Louis Gauthier était président de CHLT-AM-FM-TV.

1970

Télémédia faisait l'acquisition de CHLT-FM.

 

Non daté


CHLT-FM devenait CITE-FM-1, rediffusant en partie la programmation de sa station soeur CITE-FM Montréal.

 

1976

La station érigeait une nouvelle tour au sommet du mont Orford.

1978

Le 16 mai, Télémédia Communications ltée, une filiale en propriété exclusive de Beaudem Ltée. fusionnait avec les filiales Telmed Ltée, CKCV (Québec) ltée, CKAC Ltée, CHLT Radio Sherbrooke Ltée et Communications Métro-Media (1977) ltée. L'entreprise issue de cette fusion continuerait à opérer sous le nom de Télémédia Communications ltée, devenant ainsi la titulaire de licence directe de six stations AM et de trois stations FM qu'elle contrôlait déjà au Québec.

 

1979

Le 22 mars, CITE-FM-1 recevait l'autorisation d'inaugurer un réémetteur à faible puissance à Sherbrooke (CITE-FM-2) afin d'y combler les lacunes du signal au centre-ville. L'émetteur serait exploité à la fréquence 96,1 MHz avec une puissance apparente rayonnée de 50 watts.

 

1982

CITE-FM-1 recevait l'autorisation du CRTC d'augmenter la puissance apparente rayonnée de 62 000 watts à 98 900 watts.

1983

Télémédia recevait l'autorisation de changer la fréquence de l'émetteur FM de faible puissance à Sherbrooke (CITE-FM-2) du 96,1 MHz au 94,5 MHz afin de protéger une nouvelle station communautaire à la fréquence 95.5 MHz.

1984

Le 11 janvier, le CRTC renouvelait la licence de CITE-FM-1 jusqu'au 30 septembre 1985.

CITE-FM-1 augmentait la puissance apparente rayonnée à 98 900 watts.

1986

Le CRTC autorisait CITE-FM à continuer à exploiter deux fréquences. Même si la station avait installé une nouvelle antenne en 1976 et avait augmenté la puissance de CITE-FM-1 en 1984, une zone au centre-ville n'arrivait toujours pas à recevoir le signal, nécessitant l'installation d'un deuxième émetteur.

1988

CITE-FM-1 recevait l'autorisation de diminuer la puissance de 98 900 à 92 800 watts. Cette diminution résultait du projet d'installer une nouvelle tour (plus haute que l'antenne antérieure) au mont Orford. 

1999

Télémédia Communications inc. changeait de dénomination sociale, devenant Télémédia Radio inc.

 

2001

Télémédia Radio inc. changeait de dénomination sociale, devenant Télémédia Radio (Québec) inc.

 

2002

Astral Media inc. faisait l'acquisition des stations détenues par Télémédia au Québec et dans les Maritimes.

2010

Le 26 novembre, le CRTC renouvelait la licence de CITE-FM-1 Sherbrooke et son réémetteur CITE-FM-2 Sherbrooke jusqu'au 31 mars 2011, sous réserve des conditions de licence en vigueur dans les licences existantes.

2011

Le 23 février, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CITE-FM-1 Sherbrooke et son émetteur CITE-FM-2 Sherbrooke, visant à supprimer la condition de licence voulant que la titulaire doive diffuser au moins 63 heures de programmation locale par semaine et pas moins de 2 heures et 44 minutes de nouvelles locales par semaine et à supprimer les conditions de licence relatives à la fourniture de rapports annuels sur la diversité des pièces musicales. Le conseil renouvelait également la licence de la station jusqu'au 31 août 2017.

En août, à des fins de stratégie de marque, Astral Media changeait la marque de ses stations « Rock Détente » à celle de « Rouge FM ». Ce changement n'apportait aucune modification significative à a formule de musique adulte contemporaine.

2013

Le 27 juin 2013, après avoir rejeté une demande similaire précédente en 2012, le CRTC approuvait une nouvelle demande présentée par Astral Media inc. en vue de vendre ses chaînes de télévision payante et spécialisée, ses stations de télévision conventionnelles et des stations de radio incluant CITE-FM-1 à BCE inc.

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires