CJBC-AM

CJBC-AM, Première Chaîne, Toronto

Canadian Broadcasting Corp.

StationAnnéeFréq.PuissanceProp./Info
CJBC-AM
1964
860
50,000
Canadian Broadcasting Corp.
CJBC-AM
1962
860
50,000
Canadian Broadcasting Corp.
CJBC-AM
1946
860
50,000
Canadian Broadcasting Corp.
CJBC-AM
1945
1010
5,000
Canadian Broadcasting Corp.
CJBC-AM
1943
1010
1,000
Canadian Broadcasting Corp.
CBY-AM
1941
1010
1,000
Canadian Broadcasting Corp.
CBY-AM
1939
1420
100
Canadian Broadcasting Corp.
CBY-AM
1938
960
100
Canadian Broadcasting Corp.
CRCY-AM
1937
960
100
Canadian Broadcasting Corp.
CRCY-AM
1936
1420
100
Canadian Broadcasting Corp.
1933

Le 26 mai, la Commission canadienne de radiodiffusion (CCR) voyait le jour.

Le 15 septembre, la CCR louait la station CKNC, qui appartenait à la Canadian National Carbon Company. 

1935

Il était prévu que CKNC cesse ses opérations après le 14 octobre, jour de l'élection fédérale. Selon Hector Charlesworth, président de la CCR, en ce qui concernait la Commission, CKNC n'aurait plus aucune utilité après l'élection. Ainsi, la Commission reprenait en location cette station (dont la PAR était de 100 watts), afin d'y diffuser la plupart des émissions du réseau initialement diffusées par CRCT, une station appartenant à la Commission à Toronto.

Le 31 octobre, CKNC cessait ses opérations à 23h30.

1936

Le 2 novembre, la Société Radio-Canada (SRC) voyait le jour. Elle prenait en charge les opérations de la Commission canadienne de la radiodiffusion.

Le 5 décembre, la SRC réinaugurait l'ancienne station CKNC afin d'améliorer le signal de CRCT, station torontoise établie plus tôt par la Commission. L'indicatif de cette station réinaugurée était CRCY. Ce jour-là, la station entrait en ondes à 17 h 30. CRCY diffusait à la fréquence 1420 kHz avec une puissance de 100 watts. L'antenne consistait en un tube d'acier placé à 75 pieds au-dessus d'un bâtiment de trois étages et un autre tuyau d'acier placé à 98 pieds au-dessus d'un bâtiment de deux étages. La distance entre les deux tours était de 133 pieds

1937

Le 15 octobre, CRCY se déplaçait de la fréquence 1420 kHz à la fréquence 960 kHz.

Le 24 décembre, CRCT changeait d'indicatif, devenant CBL.

1938

Le mardi soir entre le 15 mars et le 5 mai, CRCY diffusait « Fibber Magee and Molly », série humoristique américaine très populaire, parce que CBL diffusait d'autres émissions. E.A. Weir, directeur commercial de la SRC, précisait à l'époque que la série serait diffusée à court terme seulement et que CRCY ne deviendrait pas un poste de radio commercial.

Le 1er novembre, CRCY changeait d'indicatif, devenant CBY. CBY répétait les émissions de CBL à la fréquence de 960 kHz avec une puissance de 1000 watts.

Elwood Glover se joignait l'équipe de Radio-Canada à Toronto. Il avait déjà travaillé pour CHAB à Moose Jaw, mais avait été prêté par CHAB à la Société Radio-Canada afin d'y animer plusieurs événements spéciaux.

1939

Le 26 février, CBY quittait la fréquence 960 kHz, revenant à sa fréquence originale de 1420 kHz. Sa puissance revenait à 100 watts.

Radio-Canada prévoyait bâtir des studios et bureaux centraux à Toronto et à Montréal, au coût de 800 000 $ dans chaque ville. La SRC y abriterait ses effectifs et départements qui jusque-là étaient éparpillés sur différents sites. Les nouvelles installations comprendraient un certain nombre de petits studios, un grand studio-auditorium, des bureaux pour les effectifs dans chaque ville, les départements commerciaux, ainsi que le département d'ingénierie à Montréal.

La SRC achetait un terrain de coin de rue à Toronto afin d'y installer sa nouvelle « Broadcasting House » projetée, qui serait construite au coût d'environ 800 000 $. De conception moderne, le bâtiment abriterait les studios de CBY et CBL, ainsi que toutes les émissions du réseau provenant de Toronto et diffusées par les réseaux sans publicité.

Au cours de l'année, certains changements de personnel s'effectuaient à Radio-Canada: H.G. Walker, directeur de la CBL et CBY Toronto, devenait le nouveau représentant de la CBC à Winnipeg; Dick Claringbull, représentant régional de la CBC en Ontario, assumerait la gestion de ces deux stations également; Walter C. Anderson, directeur du CBO Ottawa, assumerait la gestion de nuit de ces stations; Charles Wright, réalisateur senior à CBC Winnipeg, assumerait la gestion de CBO; William J. O'Reilly quittait CKCH Hull afin de se joindre au personnel en ondes de CBC Toronto; Reid Forsee était annonceur. Herbert Walker était annonceur senior et superviseur de studio. Stephen Dale quittait CHML Hamilton afin de se joindre au personnel en ondes de CBC Toronto.

1940

Harold Symes et Cecil Hyndman travaillaient comme ingénieurs à CBC Toronto. John Hart travaillait au département commercial.

Le 24 mai, les principaux bureaux de la programmation de la CBC, des relations avec l'auditoire, des relations presse et d'information, ainsi que les bureaux commerciaux pour l'ensemble du Canada déménageaient à la « Prudential House » sur la rue York. Ce nouvel emplacement abritait les bureaux précédemment situés au 1, rue Hayter Street ainsi qu'au 241, rue Church. Il n'y aurait pas des studios à la nouvelle adresse. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale empêchait Radio-Canada de faire progresser la construction du nouveau centre de diffusion qui avait été prévue l'année précédente.

Jack Radford, directeur de CBL et CBY et représentant régional de la CBC en Ontario, était nommé directeur des relations de la station, succédant à Horace N. Stovin, qui avait quitté la CBC pour travailler avec le groupe de  représentants commerciaux de la radio. La nomination de Radford entrait en vigueur le 15 novembre. Avant de s'installer à Toronto, il avait été représentant régional de la CBC en Colombie-Britannique et directeur du CBR. Avant cela, il avait géré l'ancienne station de CBC Windsor. Originaire de Winnipeg, D. Claringbull remplacerait Radford à Toronto, après avoir occupé un poste semblable à titre de représentant régional de Radio-Canada dans les Prairies. À Winnipeg, Jack Kannawin, surintendant des programmes occidentaux, devenait le nouveau représentant régional de Radio-Canada dans les Prairies.

CBY recevait l'autorisation de déplacer le site de son émetteur à Lambton Mills, en utilisant deux tours de 250 pieds, séparés de 230 pieds. La puissance passerait de 100 watts à 1000 watts. Cette augmentation de puissance devait apparemment assurer un meilleur service de programmation sans publicité alternative dans la région torontoise lorsque CBL diffuserait des émissions commerciales.

1941

Le 29 mars, CBY se déplaçait de la fréquence 1420 kHz à la fréquence 1010 kHz (sa puissance augmentant plus tard de 100 à 1000 watts). CBY diffusait à partir d'un nouveau site de l'émetteur d'une superficie de 30 acres situé le long de l'autoroute 5, à un mille au sud-ouest de Sommerville Corners, près de Dixie. Deux radiateurs verticaux de 250 pieds, espacés d'un quart de longueur d'onde, permettaient d'établir le signal directionnel. En vertu du traité de La Havane, CBY avait prévu passer de la fréquence 1420 à la fréquence 1450 kHz (classe IV) avec une puissance de 100 watts. Un ajustement au traité permettait à  CBY de diffuser à la fréquence 1010 kHz avec 1000 watts et une antenne directionnelle. La station utilisait l'émetteur Northern Electric exploité quelques années plus tôt par la CBC pour diffuser les émissions de CRCW / CBW Windsor.

Robert Henry Combs, pionnier de la radiodiffusion qui avait inauguré CKNC (désormais CBY) en 1924, décédait à l'âge de 65 ans. Né à St Louis au Missouri, Combs était arrivé au Canada en 1917 pour y assumer d'abord le poste de directeur général de la Prest-O-Lite Storage Battery Co, et ensuite le poste de directeur général de la Canadian National Carbon Co. Il avait inauguré puis exploité CKNC pendant de nombreuses années.

Le 1er juillet, CBY commençait à exploiter son nouvel émetteur Northern Electric (1kW). Arthur W. Holmes, ingénieur au service international de Radio-Canada, était responsable de l'émetteur depuis décembre 1939. À ce titre, il était épaulé par J.A. Spalding et H.S. Tyson, ce dernier ayant fait du convoyage d'avions jusqu'en Grande-Bretagne. Lors de la construction du bâtiment de la station, on fit appel à un devineur d'eau. Même si H.M. O'Neill, ingénieur responsable de la construction, demeurait sceptique à ce sujet, il laissa le devineur, muni d'une brindille de bois de pommier fourchue, faire une tentative visant à localiser de l'eau. Un puits fut creusé à l'endroit même où le devineur avait précisé qu'il y aurait de l'eau à une profondeur de 80 pieds. À 90 pieds, l'eau jaillissait spontanément, au point d'atteindre le sous-sol du bâtiment abritant l'émetteur.

Afin de répondre à la demande croissante de temps de réseau en soirée, en grande partie en raison de la guerre, la CBC mettait en ondes un deuxième réseau pouvant diffuser de la publicité commerciale. Le premier commanditaire du réseau (sur une base expérimentale) était la Gillette Safety Razor Co. Le Mutual Broadcasting System, grand réseau commercial américain, transmettait des événements de boxe pour rediffusion à 26 stations canadiennes par le biais de la CBC, ainsi qu'à une station canadienne affiliée au réseau MBS - CKLW Windsor. Le deuxième réseau comprenait 23 stations canadiennes ainsi que des stations alternatives à Montréal en vue de répondre aux conditions locales. Le nouveau réseau ne diffuserait qu'après 18 h 00 de l'Est. Au cours de l'année précédente, les stations canadiennes privées cherchaient à retirer le contrôle de ce réseau de CBC. Toutefois, en vertu de la Loi canadienne sur la radiodiffusion, Radio-Canada avait le plein contrôle de tous les réseaux de radio au Canada. À l'époque, on estimait qu'un deuxième réseau complet, diffusant 24 heures par jour, ne serait pas viable sur le plan économique. Les stations appartenant à CBC et affiliées au réseau: CBK Watrous, CBA Sackville et CBY Toronto. Les stations privées affiliées au nouveau réseau: CJOR Vancouver, CHWK Chilliwack, CFCN Calgary, CFRN Edmonton, CJRM Regina, CJGX Yorkton, CJRC Winnipeg, CKCA Kenora, CJIC Sault-Sainte-Marie, CKOC Hamilton, CKTB Saint Catharines, CFPL London, CFCO Chatham, CKLW Windsor, CKCR Kitchener, CKCO Ottawa, CFCF ou CHLP Montréal, CHLT Sherbrooke, CKNB Campbellton, et CJLS Yarmouth

1942

CBY 1010 diffusait grâce à un nouvel émetteur de 1000 watts (jour et nuit) à partir d'un nouveau site situé près de Dixie, à quatre milles à l'ouest des limites de la ville de Toronto. Le réseau d'antennes moderne desservait le Grand Toronto et Hamilton. CBY était en ondes 16 heures par jour, et diffusait plusieurs des meilleures émissions de réseau de la CBC et des émissions locales d'un intérêt plutôt communautaire. CBY était affiliée au « Blue Network » de la NBC aux États-Unis.

H.G. Walker quittait son poste de directeur de CBY et CBL afin de devenir représentant régional à Winnipeg. D. Claringbull, représentant régional en Ontario, assumerait la gestion de CBY et CBL en plus de continuer d'assurer ses fonctions habituelles. Walter C. Anderson, directeur de la station CBO Ottawa, assumait la gestion de nuit des deux stations.

Clary Settell faisait des reportages sportifs pour CBY.

Le 16 septembre, Gladstone Murray, directeur général de Radio-Canada, annonçait qu'à partir du 27 septembre, les réseaux cesseraient leurs émissions quotidiennes à 23h30 locale dans toutes les régions du Canada. Selon Murray, cette réduction permettrait d'allonger la durée de vie d'une grande partie des équipements de Radio-Canada, certains desquels ne pouvaient être remplacés. Certains tubes à vide utilisés par les stations diffusant avec une puissance de 50 000 watts étaient refroidis à l'eau et coûtaient jusqu'à 3000 $. Or, cette réduction d'une demi-heure ne serait pas appliquée de façon systématique à CBA Sackville, car à certaines occasions cette dernière station continuerait à diffuser pendant les 30 minutes supplémentaires.

1943

Spence Caldwell se joignait à la CBC en tant que directeur. Il avait été directeur commercial chez CKWX Vancouver. CJBC était la station principale du réseau national (« Dominion ») de CBC.

Le 15 novembre, à 07h45, CBY changeait d'indicatif, devenant CJBC. Les nouvelles lettres dans son indicatif n'avaient aucun lien avec l'ancienne station torontoise CJBC à Toronto, jadis exploitée par la Jarvis Street Baptist Church - l'Église baptise de la rue Jarvis.

1944

Le 1er janvier, la CBC inaugurait un deuxième réseau de langue anglaise, « The Dominion », dont CJBC était la station phare. De son côté, CBL était la station phare du « Trans-Canada Network »,  ou « Réseau Trans-Canada ». Ce nouveau réseau avait été constitué afin de permettre aux stations privées affiliées de vendre du temps d'antenne aux annonceurs nationaux.

Le 17 juillet, CJBC lançait des essais avec une puissance de 5000 watts. Lorsqu'elle entrait officiellement en ondes le 1er septembre, elle diffusait avec la même puissance, qui équivalait toutefois à 10 000 watts en raison de la disposition du réseau d'antennes directionnelles.

L'annonceur Harold Stubbs quittait CJBC, afin de travailler comme pigiste. L'annonceur Gordon Cook quittait CKCK Regina afin de se joindre à  CBC Toronto. Après avoir servi dans la Marine marchande, Mac Reynolds assumait le poste de directeur de la publicité chez CJBC.

Dick Gluns était réalisateur en chef chez CJBC. Diana Stevens travaillait comme secrétaire auprès de Spence Caldwell, directeur de CJBC. Patsy Murphy quittait CJBC où elle avait travaillé comme scénariste, pour se joindre à   l'agence de publicité Young & Rubicam.

CJBC diffusait les meilleures émissions du Blue Network, de la NBC ainsi que de la BBC, tout en produisant la grande partie des émissions diffusées par le réseau « CBC Dominion ».

Spence Caldwell, directeur de CJBC, recrutait Wib Perry, qui avait fait sa réputation chez CFRB. Perry animerait l'émission matinale, « It's About Time ». 

1945

Les stations de base du réseau « CBC Dominion » étaient: CJFX, CHNS, CFCY, CKCW, CKNB, CJLS, CKCO, CHOV, CFBR, CJBC, CHEX, CFPL, CFCO, CFPA, CHLT, CFCF, CKRC, CJGX, CKX, CKRM, CHAB, CFQC, CKBI , CFCN, CFRN, CJRL, CHWK, CJOR, CJVI.

Après avoir travaillé en tant qu'ingénieur au service international de Radio-Canada, Arthur Holmes réintégrait CJBC pour s'y occuper de l'émetteur. Spence Caldwell, directeur de la station, quittait CJBC afin de se joindre au « All Canada Radio Facilities ».

Le 12 février, CBC Toronto déménageait ses bureaux du 55, rue York pour occuper de nouveaux locaux plus spacieux situés au 354, rue Jarvis. La nouvelle installation abriterait le bureau national de la programmation, la division commerciale, les relations avec l'auditoire, le routage et les relations de presse et de l'information. Les studios de CBL et CJBC resteraient pour le moment au 805, chemin Davenport.

Le Blue Network demandait de rompre son association avec CJBC tout en offrant ses installations à CKEY.

Aubrey Wyce quittait CJBC où il avait travaillé comme scénariste afin de se joindre au département de la continuité chez CKEY. Dick Gluns, réalisateur senior à CJBC, s’enrôlait dans l'armée. John M. Kannawin devenait directeur de la programmation chez CJBC. Il avait été directeur du service international de Radio-Canada. D. Claringbull était directeur et E.A. Weir directeur commercial.

Désormais, les opérations de CJBC et CBL étaient concentrées au 354, rue Jarvis. La régie et les studios d'enregistrement s'y trouvaient, alors que les anciens studios sur le chemin Davenport étaient encore utilisés pour les émissions en direct. Tous les bureaux d'affaires se trouvaient maintenant au 354, rue Jarvis.

Clifton Stewart, ancien réalisateur chez CBC Toronto, quittait la société pour se joindre à Rai Purdy Productions. Stewart avait produit des émissions telles que « Reminiscence », « Dominion Concert Hour » et « Songs of the Volga ».

H.G. Walker, directeur du réseau Dominion, devenait directeur de la programmation chez CJBC. Il se rapportait à Charles Jennings, superviseur de la programmation à la CBC. John M. Kannawin, directeur de la programmation chez CJBC, fut nommé superviseur de toutes les opérations de programmation dans les studios de CBC Toronto. Il était prévu de fusionner les effectifs en ondes et de production de CJBC et CBL.

Elwood Glover travaillait comme annonceur sur les ondes de CBC Toronto.
Comme Radio-Canada venait d'apporter des changements importants à la direction ainsi qu'aux politiques de diffusion, Wib Perry partit pour les États-Unis.

1946

Après avoir animé une émission pour l'Armée canadienne et pris en charge les enregistrements à CBC Toronto, Joe Duff se joignait à CKCO Ottawa. De son côté, Gordon Keeble, ancien annonceur chez CJBC et CBL, devenait le nouveau directeur de la radio à la F.H. Hayhurst Co. Ltd.

Lors d'une audience du Comité spécial sur la radiodiffusion, Harry Sedgwick, président de la station CFRB, comparait la programmation de son poste avec celle de CJBC, la station vers laquelle serait transférée la fréquence de 860 kHz, exploitée jusque-là par CFRB. À titre de comparaison, il décrivait la programmation diffusée par CFRB pendant la semaine du 30 juin au 6 juillet. CFRB avait diffusé 3 heures 25 minutes d'émissions religieuses pendant la semaine, dont deux offices, de la musique d'orgue, de la musique chorale, des hymnes, ainsi que l'émission quotidienne « Glorious Living ». Pendant cette même semaine, CJBC avait diffusé une seule émission de musique religieuse. Sans compter des bulletins ponctuels, CFRB avait diffusé 5 heures d'émissions de service public sans publicité, dont les concerts de l'Orchestre symphonique Columbia, des émissions portant sur la nature, une émission provenant de la Colline du Parlement, etc. De son côté, CJBC avait diffusé 2 heures et 15 minutes de telles émissions, dont « Operation Crossroads » et un bulletin consacré aux écoles secondaires. Sous la rubrique actualités et commentaires, CFRB avait diffusé un total de six heures de ce genre d'émissions tandis que CJBC avait diffusé un total de quatre heures et 48 minutes. CFRB avait diffusé 11 heures et 45 minutes de publicités provenant des réseaux américains et CJBC 9 heures et 30 minutes de telles publicités. CFRB avait diffusé 31 heures et 20 minutes de publicités canadiennes et CJBC 30 minutes seulement. Alors que CJBC se servait de 34 heures d'émissions américaines sans publicité pour remplir sa grille, CFRB avait diffusé 27 heures et 40 minutes de telles émissions. CFRB avait diffusé 47 heures et 50 minutes d'émissions enregistrées contre 46 heures et 5 minutes chez CJBC. CFRB était en ondes 127 heures et 5 minutes par semaine et CJBC 117 heures et 36 minutes. Par ailleurs, se servant des statistiques fournies par Elliott Haynes pour le mois de juin 1946, Harry Sedgwick notait qu'en termes de cotes d'écoute, CFRB rejoignait 19,9% de tous les postes de radio à l'écoute dans la région torontoise entre 9h00 et 18 h, alors que CJBC en atteignait  7,7%. En soirée, CFRB atteignait 27,9% des postes de radio, alors que CJBC en atteignait 7,3%. Selon une analyse de la force du signal effectuée par RCA le 26 juin, à dix points disséminés dans la ville, le signal de CJBC était plus de deux fois et demie plus fort que celui de CFRB. Lors de sa présentation, Sedgwick affirmait que le manque d'auditeurs de CJBC dans la région torontoise n'était pas attribuable à la force de son signal, mais plutôt aux politiques de la station en matière de programmation.

Après y avoir travaillé depuis 1942 comme annonceur en chef, Gordon Keeble quittait CJBC pour se joindre à F.H. Hayhurst Co. Ltd.

1947

Désormais, les studios de Toronto et le siège social du réseau de la CBC se trouvaient réunis à une nouvelle adresse - le 354, rue Jarvis.

Bob Kesten était directeur de CJBC.

Consolidant son rôle de station phare du réseau Dominion, CJBC prenait de l'expansion dans le domaine commercial, tout en diffusant des nouvelles économiques ponctuelles sur une base nationale. CJBC donnait l'impression qu'elle comptait envahir le marché de CFRB avant de s'emparer de la fréquence 860 kHz exploitée par cette station, ce transfert de fréquence étant prévu pour le mois de juin.

Bob Keston acceptait un contrat de six mois à titre de directeur de CJBC. De plus, CJBC recrutait Tony Le Troubadour pour animer une émission du lundi au vendredi à 12 h 15.

Radio-Canada commandait un émetteur de 50 000 watts. Une fois cet équipement installé à Hornby, CJBC reprendrait la fréquence 860 kHz de CFRB, alors que CFRB se déplacerait à la fréquence 1010 exploitée jusque-là par CJBC.

1948

Il était prévu qu'à partir du 1er juillet, CFRB exploiterait la fréquence 1010 kHz avec une puissance de 50 kW et CJBC la fréquence 860 kHz à CJBC avec 50 kW. Mais CFRB demandait une prorogation d'un an de la date butoir (jusqu'au 31 août 1948), afin de demeurer à la fréquence 860 kHz. Une nouvelle date butoir devait être fixée.

Le 1er septembre, CFRB et CJBC augmentaient officiellement leurs puissances d'émission respectives à 50 000 watts, CJBC se déplaçant de la fréquence 1010 au 860 et CFRB de la fréquence 860 au 1010. CJBC inaugurait officiellement son nouveau service le 1er septembre, et CFRB le lendemain. Lors de l'inauguration de la nouvelle installation de CJBC à Hornby, les représentants de Radio-Canada accueillaient des invités de CFRB. Le lendemain, lors de l'inauguration de la nouvelle installation de CFRB à Clarkson, ce fut au tour des représentants de CFRB d'accueillir des invités de CJBC. Désormais, CJBC atteignait 828 210 foyers ou plus de cinq fois son auditoire d'avant le transfert de sa fréquence et la mise en service de son nouvel émetteur. Désormais, elle rejoignait environ le quart de tous les foyers canadiens munis d'une radio.

CJBC diffusait dorénavant à partir de la tour de CBL à Hornby. Les deux stations partageaient une seule tour de 647 pieds, dont le diagramme de rayonnement était non directionnel. Le site de l'émetteur se trouvait sur les lots 13 et 14, concession 8, dans le Canton de Trafalgar, à environ 17 milles au sud-ouest de Toronto.

Sur les ondes de CJBC, Bruce Smith animait l'émission « Toast and Jamboree ». À la fin de 1948, Bob Keston quittait CJBC en tant que directeur.

1949

Dave Price s'occupait des bulletins sportifs chez CJBC, tandis que Byng Whitteker animait l'émission « Small Types Club » et Maurice Boddington l'émission « Bod's Scrapbook ». Bob McGall y occupait le poste de directeur. 

1952

Sur les ondes de CJBC, June Dennis animait l'émission « Words to the Wise ». 

1953

Après avoir travaillé pendant huit ans comme directeur de la programmation au réseau Trans-Canada , Harry Boyle devenait directeur de la programmation radio et télé chez CBC Ontario

Après avoir travaillé comme directeur de CJBC, Bob McGall fut nommé directeur de la radio de la CBC à Toronto, et dans ce poste était responsable de CBL et de CJBC

1954

Entre le 15 et le 17 octobre, l'ouragan Hazel frappait la région de Toronto. La radio et la télévision de la CBC partageaient leurs ressources dans la ville afin d'offrir la meilleure couverture possible de la catastrophe. Initialement, CBL n'était pas capable de diffuser autant de contenu local que CJBC en raison d'engagements de réseau. Graduellement, CBL réussit à couvrir la tempête autant que les autres stations de la région. 

1955

Ira Dilworth, directeur de la CBC en Ontario, nommait H.G. Walker comme son directeur adjoint. 

1958

Jusqu'à l'entrée en ondes de CBLT en 1952, la CBC avait semblé être en mesure de se limiter à ses locaux situés au 354, rue Jarvis, dans un ancien collège pour filles, ainsi qu'à deux ou trois studios de concerts. Mais avec l'avènement de la télévision, deux bâtiments abritant des studios furent construits sur la rue Jarvis et jusqu'à 17 autres bâtiments avaient été loués à travers la ville. Les opérations de la CBC se répartissaient donc sur 13 bâtiments à 11 endroits différents. On espérait toujours que la CBC arrive à se doter éventuellement d'un seul édifice réunissant toutes ses opérations à Toronto, mais selon les rapports de presse, rien n'était encore joué.

H.G. Walker succédait à Ira Dilworth en tant que directeur de la CBC en Ontario et directeur des réseaux anglais. De son côté, Dilworth devenait directeur de l'évaluation des émissions. Alan Maitland était directeur de CJBC et CBL. Le pigiste Bert Devitt était sur les ondes de CJBC. Ed Fitkin animait le bulletin sportif, Bill McNeill était animateur, et Walter Bowles présentait les nouvelles à CJBC.

Selon la firme Elliott-Haynes, CJBC atteignait un total de 367 934 auditeurs adultes chaque jour.

Slogans publicitaires: au sud-ouest de l'Ontario, la station de radio CJBC Toronto vous donne de l'impact dans le marché n° 1 du Canada grâce à ces personnalités populaires: Bruce Smith (« Toast & Jamboree »), Elwood Glover (« At Ease »), Austin Willis (« Of All Things »), Byng Whitteker et June Dennis (« Audio »). / Dans le marché n° 1 du Canada - ces personnalités radiophoniques vont livrer votre message de vente - Elwood Glover (« At Ease »); Bruce Smith (« Toast & Jamboree »); June Dennis & Byng Whitteker (« Audio »). La station de radio CJBC - une station de Radio-Canada.

1960

Annonces: Le meilleur marché dans le marché n° 1 du Canada - le sud de l'Ontario - CJBC - Les meilleures émissions mettant en vedette les meilleures personnalités! CBC Radio. / Le meilleur marché dans le marché n° 1 du Canada - Sud de l'Ontario - CJBC. / Vous ne voyez pas en double! Vous n'écoutez pas en double! Mais vous vendez en double! Grâce aux stations ultra-puissantes CBL et CJBC! Maintenant, vous pouvez acheter, à un taux combiné, des spots publicitaires sur les  ondes de CBL et de CJBC, atteignant ainsi deux fois l'auditoire (avec une duplication de 15% seulement) à un coût beaucoup plus faible. Voilà une façon idéale et bon marché vous permettant de vendre deux fois plus, à un taux unique, dans la région métropolitaine de Toronto!

A.K. Morrow, directeur des réseaux anglais de la CBC et directeur à CBC Toronto, annonçait la nomination de Don MacDonald comme responsable des relations publiques pour la région de Toronto, à compter du 1er novembre.

1962

Le 23 avril, CJBC commençait à diffuser une demi-heure de nouvelles et de commentaires en français produite à Montréal, les soirs de semaine à 22h00. Le samedi et le dimanche, CJBC diffusait un journal télévisé de dix minutes en français à 22h00.

Le 16 juillet, CJBC ajoutait une demi-heure de variétés tous les soirs, amenant ainsi ses diffusions quotidiennes en langue française à une heure.

Le 1er octobre, les réseaux Dominion et Trans-Canada étaient consolidés en un seul réseau. À cette date, CJBC commençait à diffuser deux heures de programmation en français chaque soir de semaine, à partir de 21h00 (les soirs de semaine de 21h00 à 23h00 et le weekend de 20h00 à 22h30).

1964

Le 1er janvier, CJBC commençait à diffuser en français de 19h00 à 23h30 en semaine et de 19h00 à 01h00 le week-end.

Le 1er octobre à 06h00, CJBC devenait une station de langue française à temps plein, diffusant cinq heures et demie d'émissions produites localement par semaine, le reste provenant de Radio-Canada à Montréal.

1968

CJBC lançait une nouvelle campagne de publicité imprimée en vue de promouvoir sa programmation. Basée sur l'expression très à la mode de « Flower Power », elle mettait en vedette « la radio en fleurs 

1973

Lors de l'inauguration de la station de télévision CBLFT, diffusant au canal 25, CJBC obtenait une station soeur.

1975

Le 9 octobre, CJBC recevait l'autorisation d'installer des réémetteurs à Kingston (à la fréquence 99,5 MHz avec une puissance apparente rayonnée de 3000 watts) et à Belleville (95,5 MHz avec une PAR de 25 000 watts)

1977

Le 3 avril, CJBC inaugurait des réémetteurs FM de haute puissance à Belleville (CJBC-1-FM 95,5 MHz) et Kingston (CJBC-2-FM 99,5 MHz).

Le 1er décembre, un réémetteur (CJBC-3-FM) entrait en ondes à Penetanguishine.

1978

Le 21 juillet, CBON-FM (98,1 MHz) entrait en ondes à Sudbury. Il rediffusait une partie de la programmation de CJBC mais détenait sa propre licence.

Le 10 décembre, CJBC inaugurait son réémetteur à London (CJBC-4-FM 99,3 MHz).

1980

Le 1er octobre, CJBC-5-FM (106,3 MHz) Peterborough entrait en ondes. 

1986

CJBC-FM entrait en ondes, fournissant ainsi le service stéréo FM de Radio-Canada aux auditeurs torontois.

1987

CJBC-3-FM Penetanguishene recevait l'autorisation de diffuser de la programmation d'accès communautaire. Cela permettrait à la station de diffuser de la programmation locale produite par Radio-Huronie FM communautaire inc. entre autres. 

1990

Au moment du renouvellement de la licence de CJBC, elle exploitait les émetteurs suivants: CJBC-1-FM Belleville, CJBC-2-FM Kingston, CJBC-3-FM Penetanguishene, CJBC-4-FM London et CJBC-5-FM Peterborough. La SRC proposait de diffuser 41 heures 23 minutes de programmation locale par semaine, tout en consacrant le reste de la grille de CJBC à la programmation du réseau de radio AM de Radio-Canada. CJBC produisait non seulement des bulletins de nouvelles locales, mais aussi des bulletins de nouvelles pour le réseau de radio de langue française de la SRC en Ontario, à savoir CJBC, CBEF Windsor, CBON-FM Sudbury et CBOF Ottawa. CJBC contribuait également à « Ontario 30 », une émission d'affaires publiques produite à Ottawa et diffusée sur le réseau régional de l'Ontario.

Le 13 novembre, une demande de la Société Radio-Canada fut rejetée. La SRC avait proposé de diminuer la puissance apparente rayonnée de CJBC-1-FM Belleville de 25.000 watts à 19.600 watts et de changer sa fréquence de 95,5 MHz à 94,3 MHz.

1991

CJBC-CBL érigeait une nouvelle tour sur le site Hornby afin de remplacer la tour existante située au même endroit. 

1992

Le 31 janvier, CJBC-2-FM Kingston fut autorisée à diminuer sa puissance apparente rayonnée de 3000 watts à 1563 watts. La SRC indiquait que la diminution de la puissance et l'augmentation de la hauteur de l'antenne survenant en même temps n'affecteraient aucunement la zone de couverture de l'émetteur de Kingston, et permettrait d'améliorer l'efficacité du système de transmission.

Le 30 octobre, CJBC-1-FM Belleville fut autorisée à changer sa fréquence de 95,5 MHz à 94,3 MHz et à diminuer sa puissance apparente rayonnée de 25.000 watts à 18.200 watts. Or, ces changements n'occasionneraient aucune perte de service, car les zones à l'est et à l'ouest de Belleville touchées par la réduction de la zone de couverture étaient desservies par CJBC-5-FM Peterborough et CJBC-2-FM Kingston.

1993

CJBC et l'ensemble des opérations de Radio-Canada de Toronto se déplaçaient vers le nouveau Centre canadien de radiodiffusion situé au 250, rue Front Ouest.

1997

Le 1er septembre, le réseau mono de Radio-Canada fut renommé « La Première Chaîne ». 

1998

Le 26 mai, CJBC recevait l'autorisation d'exploiter une entreprise de radio numérique transitoire. Installé sur la Tour CN, l'émetteur exploiterait le système de radiodiffusion audio numérique EUREKA-147. CJBC serait exploitée à la fréquence 1461,536 MHz avec une puissance isotrope rayonnée de 5084 watts. 

1999

CJBC-DR-2 opened on November 1. 

2001

Dès cette année, CJBC exploitait les réémetteurs suivants: CJBC-1-FM Belleville, CJBC-2-FM Kingston, CJBC-3-FM Penetanguishene, CJBC-4-FM London, CJBC-5-FM Peterborough. CJBC diffusait environ 27,5 heures de programmation locale par semaine à partir de Toronto. 

2006

Le 9 mai, CJBC recevait l'autorisation d'ajouter un réémetteur à Windsor, diffusant au 103,9 MHz avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 1450 watts. L'émetteur de Windsor fut d'abord autorisé le 30 avril 2002, mais comme Industrie Canada n'acceptait pas les paramètres techniques l'émetteur ne fut pas mis en service à cette époque. 

2009

On May 12 the CRTC renewed CJBC's licence. The renewal included the following transmitters: CJBC-DR-1 Toronto, CJBC-1-FM Belleville, CJBC-2-FM Kingston, CJBC-3-FM Penetanguishene, CJBC-4-FM London and CJBC-5-FM Peterborough. 

2010

Le 9 août, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CJBC-DR-1, de CJBC (et des émetteurs de cette dernière) jusqu'au 31 août 2011. 

2011

En 2010, les licences détenues par la SRC pour ses émetteurs de radio numérique de Montréal furent révoquées. Le 21 janvier 2011, à la demande de la SRC, le CRTC révoquait les licences pour le reste des émetteurs de radio numérique de la SRC à travers le pays. Ces révocations incluaient les licences de CBLA-DR-1, CBL-DR-1, CJBC-DR-1 et CJBC-DR-2 Toronto. En fait, les parties concernées avaient témoigné d'un manque total d'intérêt pour la radio numérique.

Le 25 août, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CJBC et de ses émetteurs jusqu'au 1er mars 2013.

2013

Le 22 février, le CRTC renouvelait administrativement les licences de CJBC Toronto et de ses émetteurs jusqu'au 31 août 2013.

Le 28 mai, le CRTC renouvelait la licence de CJBC Toronto et de ses émetteurs CJBC-1-FM Belleville, CJBC-2-FM Kingston, CJBC-3-FM Penetanguishene, CJBC-4-FM London, et CJBC-5-FM Peterborough pour une durée de cinq ans, à savoir jusqu'au 31 août 2018.

Le 5 décembre, le CRTC autorisait la SRC à diffuser de la publicité sur les réseaux Radio 2 et Espace Musique. La titulaire ne pourrait diffuser plus de quatre minutes de publicité payée par heure d’horloge, et la SRC serait obligée de présenter une nouvelle demande d’autorisation de diffusion de messages publicitaires  sur les deux réseaux après trois ans.

2016

Le 31 août, le CRTC rejetait la demande présentée par Radio-Canada visant à poursuivre la diffusion de publicité sur Radio 2 et ICI Musique au-delà de la modification initiale de licence sur trois ans. Le CRTC faisait remarquer que la SRC n’avait pas réussi à maintenir un investissement satisfaisant dans ses opérations radio et n’avait pas réussi à atteindre les projections des revenus publicitaires.

En fin d’année, CJBC-FM recevait l’autorisation de diffuser en HD aux ondes de CJBC-FM-HD avec une PAR de 130 watts (PAR maximale de 250 watts).

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires