CIGB-FM

CIGB-FM, Énergie 102.3, Trois-Rivières

StationAnnéeFréq.PuissanceProp./Info
CIGB-FM
2013
102.3
11,000
Bell Media
CIGB-FM
2001
102.3
11,000
Astral Media Inc.
CIGB-FM
1989
102.3
11,000
Radiomutuel Inc.
CIGB-FM
1979
102.3
11,000
Légerbourg Inc.
1979

Le 5 mars, Légerbourg inc. recevait l'autorisation d'exploiter la première station FM locale indépendante à Trois-Rivières, à la fréquence 102,3 MHz avec une puissance apparente rayonnée de 11 000 watts. Dans sa décision en faveur de cette demande et en refusant une demande concurrent présentée par Paul Lacoursière, le CRTC citait deux facteurs: le projet bénéficiait d'un soutien impressionnant et les parties concernées jouissaient d'une grande expérience.

Le 27 août, CIGB-FM entrait en ondes.

1982

Le 28 juin, Conseil approuvait la demande de Légerbourg inc. (titulaire de CIGB) visant à transférer 49 % des actions ordinaires de la société titulaire (Maurice Bourget à hauteur de 14,8 %, François Dufresne 7,95 %, Guy Leblanc 18,3 % et Jean-Louis Guillot 7.9 %) à  Radiomutuel Inc., titulaire de CJTR-AM dans le même marché. CIGB poursuivrait ses opérations de façon indépendante. Radiomutuel serait responsable des services techniques, des ventes publicitaires nationales et offrirait huit heures d'émissions souscrites de CKMF de Montréal et CHIK Québec.

1984

Yves Guérard, qui était président des opérations montréalaises de Radiomutuel, fut désormais responsable des stations FM de l'entreprise à Montréal, Québec et Trois-Rivières.

1987

Le 29 janvier, le CRTC renouvelait la licence de CIGB-FM. Le 3 mai 1985, le Conseil avait renouvelé la licence de CIGB-FM pour un an seulement en raison d'écarts dans le rendement de la titulaire par rapport aux engagements contenus dans sa promesse de réalisation, notamment en ce qui avait trait aux émissions de formule premier plan, et avait exigé que celle-ci respecte son engagement de diffuser 15 % d'émissions de formule premier plan. Par la suite, le Conseil avait effectué une analyse de la programmation diffusée par CIGB-FM au cours de la semaine du 10 au 16 février 1986, laquelle révélait un niveau de 7,1 % d'émissions de formule premier plan ainsi que 56,9 % de musique vocale de langue française, en deçà de l'engagement de 65 % contenu dans sa promesse de réalisation. Lors de l'audience, la titulaire expliquait qu'elle respectait maintenant son engagement et que les écarts mis en relief par l'analyse de février avaient été rectifiés suite à une rencontre ultérieure avec les représentants du Conseil. A la suite de l'audience, le Conseil décidait d'effectuer une nouvelle analyse de la programmation de CIGB-FM. Conformément à sa pratique habituelle, le Conseil demandait à la titulaire de lui fournir des rubans-témoins pour la période du 25 au 31 août 1986. En raison de problèmes quant à la qualité des bandes fournies, lesquels furent traités plus loin dans cette décision, le Conseil effectuait cette analyse à partir d'enregistrements fournis par le ministère des Communications. L'analyse révélait un redressement du niveau des émissions de formule premier plan à 18,9 %, mais un niveau de musique vocale de langue française de 54 % seulement. Lors d'une réunion tenue le 8 décembre 1986 avec les représentants du Conseil, la titulaire avait reconnu sa non-conformité à l'égard de la musique vocale de langue française et a expliqué que ce manquement fut occasionné par l'utilisation d'un nouveau système informatisé qui n'était pas complètement mis en place lors de la deuxième analyse du Conseil. En raison du résultat de ses analyses et de l'admission par la titulaire qu'elle ne s'était pas conformée à ses engagements à l'égard de la musique vocale de langue française, le Conseil décidait de renouveler la licence de CIGB-FM pour une période de onze mois seulement, soit du 1er février 1987 au 31 décembre 1987, aux conditions stipulées dans la licence qui serait attribuée. La station serait exploitée selon une formule musicale correspondant au « Groupe I ». Le Conseil prenait bonne note des progrès de la titulaire au niveau des émissions de formule premier plan et approuvait la proposition visant à diffuser 13 % d'émissions de formule premier plan.

1988

Le CRTC refusait la demande de Cogeco en vue d'acheter CIGB-FM. Selon le Conseil, cette acquisition aurait créé une concentration excessive de la propriété des médias dans la communauté.

1989

Guy Leblanc, Maurice Bourget, Jean-Louis Guillot et François Dufresne vendaient leur participation de 51 % dans Légerbourg inc. à Radiomutuel inc., qui en devenait propriétaire unique . Radiomutuel recevait également l'autorisation d'utiliser une formule de musique de danse sur les ondes de CIGB-FM.

1990

La dénomination sociale de l'entreprise titulaire changeait de Légerbourg inc. à Radiomutuel inc. 

2000

Astral Media inc. faisait l'acquisition de Radiomutuel. 

2005

Le 5 octobre, CIGB recevait l'autorisation de diminuer la puissance apparente rayonnée de 11000 watts à 5800 et d'augmenter la hauteur de l'antenne.

2007

Le 6 juillet le CRTC renouvelait la licence de CIGB-FM jusqu'au 31 août 2014. Conditions: La titulaire devait verser une contribution annuelle de base au titre du développement du contenu canadien. La titulaire devait consacrer 60 % de cette contribution annuelle de base au titre du développement du contenu canadien à la Foundation Assisting Canadian Talent on Recordings ou à MUSICACTION. Le Conseil notait l’engagement de la titulaire de consacrer 3 heures et 19 minutes dont 34 minutes le week-end aux nouvelles locales. La titulaire consacrerait aussi 2 heures et 15 minutes aux bulletins météo locaux, aux sports locaux, à la culture locale et au divertissement local. 

2009

En août, à des fins de stratégie de marque, la chaîne de stations FM « Énergie » détenue par Astral devenait « NRJ ». Le changement faisait partie d'une entente de licence négociée avec NRJ-FM en France.

2013

Le 27 juin 2013, après avoir rejeté une demande précédente en 2012, le CRTC approuvait une demande présentée par Astral Media inc. en vue de vendre ses chaînes de télévision payante et spécialisée, ses stations de télévision conventionnelles et des stations de radio à BCE inc. Cette autorisation s'appliquait également à CIGB-FM.

CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires